« LES FÊTES DU GRAND LA-BAS »

Ça aurait pu être :

Un spectacle fixe avec un grand rideau de velours rouge en guise de décor comme au théÂtre narrant l’histoire des fanfares du monde entier à travers les âges et ce depuis la disparition de l’homme de Néandertal jusqu’à notre époque contemporaine (idée de Chevalche)

ou même :

Un spectacle féministe engagé et trash (idée de Môrtinèche ) ou encore : « Les Olympiades du Pigswana » spectacle genre péplum sportif et propagandiste à la gloire de notre Pigswana natal (idée de Djermiche)

mais aussi :

Un vibrant hommage à toutes les cultures rencontrées au cours de nos tournées autour du monde (idée de Présidentche)

Mais après de nombreuses et houleuses tempêtes de cerveaux de toute l’équipe des 8 fanfaristes pas toujours d’accord que nous sommes, notre collectif a décidé à l’unanimité :

De revenir aux fondamentaux, de ne jamais quitter notre parti-pris artistique à savoir conserver une forme des plus souples pour la Rue qui nous permette d’improviser, d’inter-agir en toutes libertés avec les publics, de ne jouer toujours que des musiques originales composées par nos soins, de conserver l’histoire de l’orchestre et les relations entre les personnages en développant d’autant l’absurdité et les décalages induits mais aussi et surtout au sein des espaces publics toujours différents comme décors de nos péripéties music-hallesques. Avec humanité, simplicité et sobriété retraduire en miroir et l’air de rien les travers de notre époque, des sociétés dites occidentales mais pas que … Ho non … et le tout « en fanfare » bien sûr !

Dont acte et pour preuve écrite, notre artistique dÔssier qui suit et que voici :
Téléchargement ICI